Plymouth Constructeur Automobiles Américain fondée en 1928

2011 HPP Plymouth Daytona
2011 HPP Plymouth Daytona

Plymouth a été fondée en 1928 par Walter P. Chrysler

La firme Plymouth a été fondée en 1928 par Walter P. Chrysler pour élargir le groupe Chrysler à une nouvelle clientèle populaire, face aux Ford et Chevrolet. Plymouth connaît ses heures de gloire dans les années 1940, 1950 et 1960. Ainsi la marque est à la troisième place en termes de volume de production derrière Ford et Chevrolet.

Les modèles des années 80

Les modèles des années soixante ont des moteurs allant jusqu’à 6 276 cm3 et un nouveau style de carrosserie moins massif. En 1960 la Valiant est une compacte plus proche des conceptions européennes.

1989 Plymouth Voyager 3 Concept
1989 Plymouth Voyager 3 Concept

L’influence des voiture GT en Amérique amène à la présentation du coupé rapide Barracuda en 1965 ; il est doté d’un V8 de 4,5 litres. La gamme de 1966 comprend encore la moyenne Belvedère, la grande Fury et la luxueuse V-8 “V.I.P.” à toit ouvrant. La Barracuda est redessinée en 1967 et dotée du moteur Six Slamt. La Road Runner atteint la vitesse de 257 km/h en 1968.

En 1975, il ne reste plus des trente-huit modèles précédents que les Fury, Valiant et Duster a cause de la crise pétrolière. En 1976, paraît la compacte Volare qui remplace bientôt la Fury. C’est la plus grosse Plymouth en 1979 alors que les Sapporo et Arrow sont des importations Mitsubishi.

La mauvaise santé du groupe

Dès le début des années 80, la plupart des voitures sont des dérivées de Dodge comme l’Horizon de 1972, la ‘Turismo de 1978’, la Reliant de 1980, la Gran Fuxy de 1981, la Caravelle de 1984 ou la Sundance de 1986. Dans les années quatre-vingt-dix, Plymouth reste la gamme premier prix de Chrysler. Avec des voitures empruntées à Dodge ou Mitsubishi comme la Colt, la Neon, l’Acclaim ou le monospace Voyager.

1984 Plymouth Voyager
1984 Plymouth Voyager

Plymouth est donc victime, à partir du milieu des années 1970, de la mauvaise santé du groupe Chrysler en général, mais les décisions prises au sein de la direction ont encore aggravé plus particulièrement les difficultés de la marque Plymouth. Car si Dodge peut jouer sur la carte jeune et sportive, et Chrysler sur celle du confort et du luxe, l’image de la marque reste floue.

Le créneau de la voiture populaire n’est plus approprié car l’embourgeoisement de la clientèle américaine est une évolution constante depuis des années. Les marges sont par ailleurs plus faibles sur les voitures populaires que sur les modèles de moyenne et haute gamme. La nouvelle direction du groupe, qui a évité de peu la catastrophe, est davantage intéressée par les bénéfices plutôt que par les volumes de production. Dès lors, la survie de Plymouth s’avère délicate. La décision de fusionner les réseaux Plymouth et Chrysler dans les années 1980 va lui donner le coup de grâce.

 ➡  Galerie Photos