Renault 5 – Le R5 introduit une nouvelle image de la voiture

La production de la Renault 5 (R5) débute en fin d’année 1971 (pour le millésime 1972).

La Renault 5 disponible en version L et TL. La finition L est équipée du 783 cm3 de la R4, fort de 33,5 ch. La TL s’équipe quant à elle d’un 956 cm3 offrant une puissance de 47 ch., ce qui lui permet d’atteindre 135 km/h. Elle se distingue de la L par ses freins à disque à l’avant, ses roues à ‘’crevés’’, ses enjoliveurs et ses baguettes latérales chromées. En 1973, il est possible d’obtenir en option une commande de boite de vitesse au plancher (sur le tableau de bord en série), alors que les ceintures de sécurité sont changées ainsi que l’emplacement des commandes de chauffage.

Une finition plus haut de gamme apparaît en 1974

Il s’agit de la LS. Equipée d’un 1.289 cm3 fort de 64 ch. La Renault 5 se distingue par sa planche de bord mieux finie, son freinage assisté, sa barre antiroulis arrière et son compte-tours. L’équipement plus complet par rapport à la TL, ce qui lui permet d’être_plus polyvalente. Elle peut recevoir en supplément des bandes latérales et un autocollant ‘’LS’’ sur les flancs et le capot avant.

Renault R5 Turbo 1980

Cependant, en 1975 la Renault 5 TS remplace la LS dans la gamme. Elle reçoit de nouveaux sièges avec appui-tête; des ceintures à enrouleur, une console centrale plus moderne; des feux de recul intégrés aux éclairages de plaque et un nouveau rétroviseur chromé.
En 1976, la Renault 5 GTL vient compléter la gamme. Elle reprend le moteur de la TS (mais moins puissant) et y ajoute une boite plus longue pour faire baisser la consommation. Elle en reprend aussi l’équipement, hormis les sièges et le compte-tour. 

Mais la plus grande nouveauté de l’année est la R5 Alpine. Elle s’équipe d’un 1.397 cm3 de 93 ch, ce qui lui permet d’atteindre 170 km/h. Elle reçoit en plus une boite à 5 rapports, un train avant revu et une suspension abaissée de 4 cm. Extérieurement, elle se distingue par ses boucliers noir mat, son spoiler avant avec antibrouillards, des jantes en acier et ses autocollants stylisées ‘’A5’’ sur le capot, les flancs et le hayon. A l’intérieur, elle reçoit un volant Motolita et un pommeau de levier de vitesse en cuir. Plus tard dans l’année, la TS reçoit des vitres de custodes ouvrantes et des accoudoirs de portière identique à la GTL.

Une gamme de plus en plus large

Après la version sportive en 1976, c’est au tour de la version Société d’être présentée en 1977. Elle reprend l’équipement de la TL, mais se distingue par ses panneaux de tôle à la place des custodes arrière, ses deux rétroviseurs extérieurs et le retrait de la banquette arrière. Toute la gamme reçoit un nouveau levier de vitesse et des ceintures à enrouleur (sauf la Société).

Renault R5 Alpine 1971

Sur les GTL, TS et Alpine la planche de bord est_modifiée pour accueillir un autoradio, alors que les L et TL reçoivent seulement le câblage pour le pré-équipement radio. La même année, la L voit son moteur passer à 845 cm3, alors qu’en fin d’année la Société peut recevoir ce moteur de 845 cm3, en plus de celui de la TL.

Pour 1978, la version Automatic est_présentée. Elle reçoit un moteur de 1.289 cm. de 55 ch. et une boite automatique à 3 rapports. L’équipement est_repris à la GTL, en y ajoutant des sièges avant intégraux (repris des versions américaines). Extérieurement, elle se distingue par ses éléments en plastique peints en noir (pare-chocs, protections latérales, …) et son toit en vinyle noir.

Cette année-là, l’Alpine reçoit des jantes à trois fentes et une montre digitale sur le pavillon, alors que la L devient simplement R5. Enfin, deux séries limitées sont présentées, la ‘’Monte-Carlo’’ et la ‘’Le Car’’. Elles sont toute deux basées sur la TS. Après ces années très chargées en nouveauté, le millésime 1979 est plus calme. La GTL reçoit les sièges de la version Automatic, alors que la Société peut accueillir le moteur de 1.289 cm3, mais ne peut plus recevoir le 956 cm3 de la TL.

Fin de carrière honorable

Il aura fallu attendre 1983 pour que tous les modèles reçoivent des freins à disque à l’avant. Cette même année voit l’apparition d’une nouvelle série limitée, la Campus. Destinée aux jeunes, elle sera produite à 5.000 exemplaires. La version TX reçoit un allumage électronique intégral. En fin d’année, une seconde série limitée est présentée, la Super Campus. Elle reprend la finition de la Campus, en y ajoutant l’essuie-glace arrière. Enfin, la Turbo 2 est lancée. Les pare-chocs sont désormais noir et l’intérieur est repris à l’Alpine Turbo.

En 1984, les GTL et TX sont arrêtées alors que l’Alpine Turbo se trouve remplacée par la Lauréate Turbo, à la présentation simplifiée. Pour le dernier millésime, suite à la présentation de sa remplaçante la Supercinq, toute la gamme restante renommée Lauréate, avant la fin de la production en fin d’année 1985. La Turbo 2 continuera quant à elle jusqu’en 1987. La R5 classique continuera tout de même sa carrière en Iran avec de multiples restylages jusqu’en 1992. Site officiel Renault

Galerie Photos